Retour aux actualités
Français
24 mars 2017 |
Strasbourg

 

MUTATIO : SOPREMA passe du "tout pétrole" aux matériaux biosourcés 

 

En 2008, la totalité des produits développés par Soprema étaient dérivés du pétrole. C'est en partant de ce constat que l'entreprise, spécialiste de l'étanchéité, de la végétalisation et de l'isolation, a lancé Mutatio, un vaste projet de Recherche et Développement mené en collaboration avec de nombreux partenaires. Objectif : réduire l'utilisation du pétrole dans la conception des matériaux de construction et le remplacer, autant que possible, par des matières premières écosourcées.

 

Huit partenaires publics et privés mobilisés

Lancé en 2010 et doté d'un budget de 13 millions d'euros cofinancé par bpifrance, MUTATIO visait à substituer 65 % des matières premières fossiles utilisées par SOPREMA  par des matières écosourcées, c'est-à-dire issues à la fois de la biomasse et du recyclage. Cette collaboration avec des partenaires industriels et académiques - DRT, Oleon, IFTH, ICPEES, Van Robaeys Frères, les pôles IAR et Fibres-Energivie... -, a abouti à des résultats très concrets tels que des nouveaux produits disponibles sur le marché et des avancées scientifiques et technologiques de premier ordre

Dès 2013, Mutatio a conduit au lancement par SOPREMA d'une nouvelle gamme de membranes d'étanchéité (Mammouth® Néo), à base de polymères verts. Commercialisée depuis juillet 2014, elle sera, dès 2017, entièrement fabriquée avec du bitume vert à base de dérivés de résines de pin et d'huile végétale.

D'autres produits seront mis sur le marché second semestre de cette année : un système d'étanchéité liquide sans solvant et une nouvelle armature d'étanchéité constituée majoritairement de lin.

Des membranes d'étanchéité extrudées biosourcées seront également disponibles à partir de 2019.  

Au niveau scientifique, Mutatio a permis la conception de deux nouveaux types de mousses d'isolation polyuréthane à base de matières premières biosourcées et la conception de nouveaux polymères synthétisés pour remplacer le PVC plastifié utilisé dans les membranes synthétiques.

D'un point de vue technologique, Mutatio a ouvert la voie à des innovations significatives, comme  la mise au point d'un bitume vert, de nouvelles résines sans solvant non polluantes, et la conception de fibres de lin techniques, naturelles et recyclables, qui permettent de remplacer les fibres synthétiques.

En outre, le consortium a développé de nouveaux composés pour des mousses isolantes en polyuréthanne, en particulier à base de microalgues.

A l'initiative de cette démarche qui a permis de structurer pour la première fois une filière française des écomatériaux de construction, Pierre-Etienne Bindschedler, PDG de  Soprema souhaite positionner le Groupe en tant qu'acteur central de la bioéconomie française dans le secteur de la construction. Le projet Mutatio à peine abouti, Soprema se lance déjà dans de nouveaux projets collaboratifs R&D d'envergure pour continuer d'élargir son offre de solutions d'étanchéité et d'isolation issues des technologies biosourcées.